Le quinoa de Bolivie pour lutter contre la faim

Le quinoa, plante originaire des hauts plateaux de la Cordillère des Andes, est une pseudo-céréale qui fait partie de la famille  de la betterave et des épinards (les Chénopodiacées). Ses qualités nutritives : digeste, sans gluten, pauvre en lipides, riche en fer, Oméga-3 et protéines, ont été découvertes dans les années 70 en Occident, où elle a été d’abord distribuée dans des magasins bios ou de commerce équitable.
L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) l’a qualifié de « graine d’or » et ses défenseurs en ont fait un symbole des produits biologiques car ses méthodes de production sont jugées respectueuses de l’environnement.
La FAO a lancé un programme de trois ans pour encourager l’utilisation du quinoa, considéré par les scientifiques comme l‘un des aliments les plus sains et complets et capable de remplacer avantageusement le riz, les pâtes ou la semoule. 2013 a été déclarée « Année internationale du quinoa«  par les Nations Unies, en hommage au fait que les populations andines ont su préserver cet aliment cultivé depuis 7 000 ans et qui était à la base de l’alimentation de civilisations anciennes comme celle des Incas.
« Face à la crise alimentaire mondiale, les peuples andins disposent de plusieurs solutions et l’une d’elles est le quinoa », a déclaré président bolivien Evo Morales lors d’une visite à la FAO à Rome. Evo  Morales a proposé le 11 juin le quinoa pour lutter contre la faim dans le monde et a été désigné « ambassadeur spécial » de la FAO pour promouvoir le quinoa, présenté comme « un super aliment« .
La Bolivie est l’un des grands producteurs de quinoa, à l’instar du Pérou, de l’Equateur, du Chili, de l’Argentine et du Brésil et sa culture est actuellement expérimentée aussi en Europe, Asie, Afrique et Australie. Car le quinoa parvient à pousser dans des zones semi-arides et jusqu’à 4 000 mètres au-dessus du niveau de la mer.
« Elle est aussi considérée comme l’aliment idéal pour les astronautes », a déclaré M. Morales, d’origine indigène, qui fut dans son enfance un petit cultivateur de quinoa. « Nous voulons populariser son utilisation en raison de ses qualités nutritionnelles », a expliqué le directeur général de la FAO, le Brésilien José Graziano da Silva.
Source : AFP
Publicités

A propos angeliquedelhoute

Phytospagyriste
Cet article, publié dans Biodiversité, écologie et développement durable, Plantes médicinales et aromatiques, Santé au naturel, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s